L’Universel (au) féminin. Tome 3

17

Marie Curie, Hannah Arendt, Françoise Dolto, Clara Schumann, Camille Claudel, Eleanor Roosevelt : elles ne sont pas nécessairement les plus célèbres ni les plus reconnues parmi leurs pairs, mais leur figure s’impose avec force dans le panthéon des « grands hommes ». Leurs vies sont trop grandes pour n’appartenir qu’à un seul temps ; elles sont nos contemporaines. Et chacune témoigne, à sa manière, d’un universel qu’il faut bien se décider à accorder au féminin. Cette idée peut sembler contradictoire : l’universalité d’une action ou d’une œuvre remarquable (quel qu’en soit le domaine : philosophie, physique, musique, sculpture, psychanalyse, politique) ne doit-elle pas se définir, justement, par-delà le genre ? La question est ouverte. Mais elle ne se réduit peut-être pas entièrement à celle, encore très actuelle, de la condition féminine. Sans doute, on ne naît pas universel : on le devient. Et cela est encore plus vrai lorsqu’on est une femme. Celles que nous n’hésitons plus à compter aujourd’hui au nombre des grandes figures de l’humanité ont d’abord dû s’imposer dans le contexte d’une culture dominée par des valeurs masculines qui tendaient à les confiner dans une nature ou dans un rôle (celui de mère ou de sœur, de muse ou d’amante). Elles en ont payé le prix, et les trajectoires de vie discutées dans ce livre témoignent d’un tragique où la ténacité et le courage riment avec le sacrifice et parfois la folie. L’exemplarité de leur engagement tient pourtant à autre chose encore : l’universalité conquise de haute lutte dans tel ou tel domaine du savoir ou de la culture se distingue chez ces femmes par une tonalité et une sensibilité propres qui en fait toute la valeur et qui continue à résonner avec nos aspirations les plus actuelles. C’est à cerner cette touche singulière que s’emploient les auteurs de cet ouvrage. En s’appuyant tour à tour sur des éléments biographiques, des portraits psychologiques, des analyses historiques et philosophiques, en comparant les cas, en croisant les points de vue, il s’agit de dégager progressivement les conditions d’un universel au féminin – loin des embarrassants clichés de l’« éternel féminin ».
Catégorie:
Journées de la solidarité humaine
Mots clés:
Philosophie, Sciences humaines
Editeur:
L’Harmattan
Année:
2006
Pages:
192
Commander:
commander en ligne
Message de Madame Catherine Vautrin
ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité

Introduction

Marie Curie, Hannah Arendt, Françoise Dolto

Présentation
par Jean-Paul Guetny

Marie Curie, la femme et la science
par Hélène Langevin Joliot

Le monde commun
par Laure Adler

Toute parole fait vivre
par Jean-Pierre Winter

Eleanor Rosevelt, Clara Schumann, Camille Claudelo

Eleanor Roosevelt, la première First Lady de l’Amériquebr
par Hélène Harter

Clara Schumann : un destin accompli. Une universalité relative ?
par Brigitte François-Sappey

Camille Claudel, la pensée en sculpture
par Anne Delbée